Chroniques de laTerre Sainte

juin 13, 2016

LES TUNNELS DE GAZA

Classé dans : Uncategorized — RACHIDA BENMEDDOUR ABUSHAWISH ABOUCHAOUICHE @ 12:18

Les tunnels de Gaza

Ce n’est plus un secret pour personne aujourd’hui que Sous la Bande de gaza se trouve un réseau complexe de tunnels. Un réseau tellement important que certains n’hésitent pas à parler d’un monde souterrain parallèle, d’une ville sous une ville. Que cette qualification soit exagérée ou pas il n’en demeure pas moins que ces tunnels constituent un moyen rusé pour Améliorer, un tant soit peu le quotidien difficile des habitants. Une sorte de système D propre aux gazaouis pour contourner le blocus qui a transformé la Bande de Gaza en prison à ciel ouvert et la vie des quelques 1 million 900 mille âmes qui y habitent, en cauchemar. Ce sont, il faut l’admettre, la quintessence de l’esprit de survie.

Oui mais ,comble du paradoxe, ils sont également une source de malheur et de souffrance inouïes car ils sont ,entre autres, à l’origine de plusieurs offensives israéliennes dont la dernière remonte à l’été dernier et qui fut l’une des plus sanglantes et des plus meurtrières .En effet l’un des arguments ressassé telle une litanie par l’état hébreux pour justifier les massacres perpétrés par sa machine de guerre qui a bombardé des centaines de maisons et même rasé des quartiers entiers est l’existence et le démantèlement de ces fameux passages souterrains notamment ceux destinés aux opération de résistance qualifiées de terroristes par Israël.

Là Il est important de signaler qu’il existe trois sortes de tunnels : ceux reliant la Bande de Gaza à l’Egypte, servant à la contrebande de marchandises et l’exfiltration de personnes désireuses de se rendre à l’étranger, ceux creusés par les mouvements de résistance dont le Hamas et qui débouchent aussi sur l’Egypte permettant l’approvisionnement en armes, en munitions et en argent liquide et ceux menant au territoire israélien avec l’objectif premier d’y mener des opérations de résistance .Ces tunnels, ultra secrets ,sont l’apanage exclusif du mouvement Hamas.

ILS sont aujourd’hui, plus que jamais, la principale préoccupation de l’état hébreux qui se retrouve face à un phénomène nouveau ayant prouvé son efficacité à menacer la quiétude de ses citoyens et contre lequel tous les moyens usités sont restés vains. Les israéliens ont découvert, avec stupeur, son ampleur lors de l’opération ‘’Bordure protectrice’’ quand les combattants du Hamas ont, via ces tunnels, multiplié leurs opérations contre des bases de l’armée à l’intérieur du territoire israélien et lors de combats sur le terrain, infligeant des pertes importantes aux soldats d’Elite pourtant renommés pour leur professionnalisme et leur efficacité et ce pour la première fois depuis le début du conflit israélo palestinien. Ceci en plus de la capture de soldats que le Hamas affirme détenir et qu’il compte user comme carte de pression lors des négociations prévues prochainement.

Détruire ces tunnels est, du coup, devenu l’une des priorités majeures du gouvernement Netanyahu. Mais peut-il parachever cet objectif sachant qu’il a essayé tous les moyens allant des plus primitifs aux plus sophistiqués sans pouvoir pour autant réaliser des résultats probants ? Les autorités israéliennes admettent par la voix de sa presse et ses responsables que rien ne garantit que les tunnels puissent être découverts dans leur totalité, et personne ne peut mettre au point un mécanisme à même d’empêcher les groupes armés d’en édifier de nouveaux. L’armée dit avoir trouvé et éliminé une trentaine alors que les Etats Unis, se basant sur des informations du satellite NRO et de la NSA avancent le nombre de Soixante tunnels. En dépit de ce constat plutôt pessimiste et au lieu de favoriser un règlement politique mettant fin aux affres de l’occupation , Israël a privilégié la manière forte la plus radicale bombardant maisons, mosquées et hôpitaux au moindre soupçon. Cet été comme en 2012 et lors de l’opération « Plomb durci » en janvier 2009, ses avions, ses hélicoptères et ses chars ont pilonné l’enclave assiégée, sans distinction aucune, entre combattants et civils , semant mort et terreur au point de se mettre en situation d’accusé de crimes

de guerre par la majorité de l’opinion internationale ,y compris ses amis traditionnels ayant l’habitude de fermer les yeux quoi qu’il fasse.

Compte tenu de la densité de la population sur ce si petit territoire, partout les Palestiniens seront bouclier humain car les tunnels sont construits dans les entrailles de la bande de gaza. à l’insu de la population palestinienne qui se retrouve à chaque offensive la première victime de la répression. Un bon nombre des ouvertures des tunnels se trouverait dans des maisons ou autres biens privés tenus top secret.

« Pour les éradiquer il faudrait raser toute l’enclave et nous avec ! » s’exclame Oum mhamed qui a perdu sa maison lors d’un bombardement contre choujaya. Elle avoue avoir du mal à croire que ces galeries souterraines réellement existent. « Si ces tunnels sont réellement sous nos pieds ils ont été édifiés en secret, moi je n’ai rien vu …Il n’empêche que c’est nous qui payons de lourds tributs à chaque offensive » a-t-elle souligné avant d’ajouter l’air abattu « je n’ai d’autre choix que d’accepter ma destinée, rester patiente et attendre la fin de ce cauchemar »

L’origine des premiers tunnels remonte à l’époque où la ville frontalière de Rafah a été divisée en deux parties, dans le cadre du traité de paix israélo-égyptien de 1979.Une division qui a poussé des familles palestiniennes, désormais séparées, à creuser les premiers passages secrets comme un moyen facilitant visites et communication. Les seconds ont, par contre commencé à voir le jour au milieu des années 2000 pendant la deuxième intifada avec l’objectif principal de capturer des soldats israéliens afin de les utiliser comme monnaie d’échange contre des prisonniers palestiniens croupissant dans les geôles israéliennes. Le kidnapping du soldat Guilad Shalit, resté en captivité près de cinq ans aux mains du mouvement Hamas, a été effectué grâce à ce genre de tunnels. Une opération qui avait, pour rappel, également fait deux morts parmi les soldats israéliens.

Au fil des années, les tunnels sont devenus un projet stratégique qui sert aussi bien des visées défensives qu’offensives. C’est à partir des tunnels que la bataille est administrée et que les obus sont fabriqués, développés ou perfectionnés. .

Le nombre des tunnels s’est multiplié dans la foulée du coup de force du mouvement Hamas en 2007 lorsqu’Israël a imposé un bouclage total sur gaza créant des pénuries de toutes sortes lourdes de conséquences. Pas de denrées alimentaires, pas de médicaments, pas de gaz ni carburant ni électricité… Bref une situation humanitaire catastrophique très astreignante. Les islamistes qui ont pris le pouvoir ont aussitôt pris le contrôle du trafic des tunneliers imposant taxes et pourcentage sur chaque tunnel et sur chaque produit transitant par ces tunnels. Une source de revenus très importante qui leur apporte des millions de dollars chaque année. Ils ont même crée un ministère ad hoc chargé de ce trafic très lucratif qui, ajouté aux aides qataries et iraniennes, leur a permis de gérer aisément Gaza et de développer et industrialiser ce nouveau business.

Du coup la ville de Rafah frontalière , jadis connue pour la pauvreté de ses habitants et le taux de chômage élevé qui frappe sa population, a mué en « capitale économique » de la bande de Gaza où le business de ce monde souterrain bat son plein faisant un nombre important de millionnaires. Tout passe, allant des simples produits de consommation, au carburant, l’électroménager, téléphones portables, bétail jusqu’ aux véhicules ! Certains tunnels sont à quelques mètres sous terre, d’autres à près de trente mètres et plus. Bon nombre d’entre eux sont dotés de câbles électriques, de lignes téléphoniques, de systèmes d’aération et d’alimentation en oxygène et même d’ascenseurs ou de rails facilitant les déplacements. Ce sont des tunnels appelés VIP proposés aux plus nantis !

Cet « âge d’or » n’a cependant pas fait long feu. Après la chute du régime de Morsi issu des frères musulmans ,les autorités égyptiennes ont procédé à la démolition systématique de ces tunnels

accusant le mouvement Hamas d’être impliqué dans des attentats contre ses forces armées et de prêter main forte aux djihadistes égyptiens qui sévissent dans le Sinaï .Des sources sécuritaires égyptiennes largement relayées par les médias du pays ont ,par ailleurs , affirmé que « le Hamas et d’autres milices djihadistes palestiniennes ont avec l’aide de contrebandiers bédouins et d’insurgés, mis au point une infrastructure souterraine de roquettes et de tunnels dans le Nord-Est du Sinaï destinée à résister à d’éventuelles attaques Israéliennes, en cas d’invasion terrestre de grande envergure dans la Bande de Gaza ».

Des accusations réfutées en bloc par le mouvement Hamas qui, privé de ressources financières, suite à la fermeture de la quasi-totalité des tunnels, a dû faire face à une crise financière des plus ardues et à un isolement politique l’obligeant à accepter la réconciliation avec le mouvement Fatah et à accepter de renoncer au pouvoir à l’avantage de l’Autorité Palestinienne.

Une Autorité qui doit s’atteller, maintenant ,à reconstruire Gaza dévastée par l’opération Bordure Protectrice et à œuvrer pour la levée totale du blocus qui pourrit l’existence de ses habitants.

Une condition sans laquelle les tunnels reprendront du service quelles que soient les entraves et les restrictions.

Un exemple concret illustrant cette hypothèse : la fuite vers l’Egypte de milliers de palestiniens par les tunnels malgré les mesures drastiques du gouvernement de Sissi qui a non seulement posté des patrouilles le long des frontières mais affirmé avoir détruit plus de mille tunnels.

La fuite de ces Palestiniens a été mise en exergue, le mois dernier ,suite au naufrage de deux navires l’un au large des côtes de Malte et l’autre dans les eaux territoriales égyptiennes alors qu’ils tentaient de rejoindre clandestinement l’Europe. Un naufrage qui a fauché la vie à des centaines d’entre eux dont des femmes et des enfants.

Un drame de plus, mais sans lequel, on n’aurait jamais su que les tunnels restaient opérationnels malgré tout.

FIN

generiert in 0.095 Seconds. | Powered by Blogvie.com


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 17 articles | blog Gratuit | Abus?